Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

Vous avez dit globale ? - La tribune de Michel Mathieu

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

Vous avez dit globale ? - La tribune de Michel Mathieu
 

Par Michel Mathieu pour Le Monde de la Sécurité 

Publiée le 5 mai 2021 à 12h00

 

 

Après un parcours parlementaire chaotique, une nouvelle et énième loi sur la sécurité a été votée. Ponctuée par les polémiques habituelles cachant, volontairement ou involontairement l’essentiel, elle se traduit à mes yeux par un point peu souligné des observateurs, la montée en puissance des polices municipales. Ce domaine n’étant pas mon champ d’expertise, je laisse à d’autres l’analyse et les commentaires sur ce terrain. Par contre, je vous propose de nous concentrer sur les mesures concernant la sécurité privée.

Cette loi est d’abord un échec : malgré un combat commencé en 2010, malgré de nombreux et intenses lobbying, malgré un espoir après le passage devant le Sénat, au final, la population des agents de sécurité incendie, les SSIAP, n’est toujours pas intégrée juridiquement à la population des agents de sécurité. Ils échappent donc aux obligations du Livre VI et aux contrôles éthiques et professionnels que l’on est en droit d’espérer du CNAPS. Ce sont donc toujours 40.000 agents de sécurité, connaissant toutes les faiblesses des sites les plus sensibles de France, qui sont lâchés dans la nature et potentiellement porteurs de tous les risques de futurs attentats massifs. Au concours de la sécurité la plus bête du monde, nous marquons des points.

N'étant plus en responsabilité, n’étant qu’un observateur averti, assurant que je n’agissais pour le compte de personne, en décembre dernier, je pris ma plus belle plume afin d’alerter, une nouvelle fois, sur cette faille de sûreté assez incompréhensible. Directement adressée au président de la République, au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur, ma missive est restée sans réponse, même polie. Le courrier de la République ne fonctionne plus comme avant, j’ose penser que la sensibilité du sujet est à l’origine de ce silence. Ce sentiment se renforce quand, dans les jours suivant ce courrier, mon compte LinkedIn se voit consulté, par un nombre important de contacts d’origine « ministère de l’Intérieur ». La patate chaude a dû circuler avant de se refroidir dans la concurrence d’autres sujets brûlants.

Cette loi confirme également ce sentiment, certes populaire, mais tellement partagé, que notre administration préfère regarder de côté. On découvre en effet au fond des petites lignes dont personne ne parle, que les cadres en charge des établissements secondaires vont, eux, être beaucoup plus contrôlés que nos 40.000 SSIAP. Quelques centaines de managers, un millier au maximum, cadres au sein des dix à quinze premières sociétés de sécurité privée, responsables des agences commerciales couvrant le territoire, vont dorénavant être considérés comme le dirigeant de l’entreprise. Le protocole « d’agrément dirigeant » va donc leur être appliqué afin de vérifier qu’ils ont les compétences et l’éthique nécessaire pour être là où ils sont.

Pourquoi pas. Remarquons cependant que ces cadres sont souvent issus des forces de sécurité publique, souvent porteurs de la carte professionnelle, souvent dans le métier depuis 10 ou 20 ans, souvent purs produits d’un parcours de bon niveau au sein de l’école républicaine, souvent d’origine familiale ou culturelle (ce qui ne veut pas dire blanc et catholique), autant de caractéristiques d’un risque très faible de radicalisation. La différence de traitement accordée par cette loi entre ces cadres et la population des SSIAP traduit-elle un déni du risque ou un manque de courage ? Chacun jugera en espérant que ce ne soit pas l’avenir qui le fasse.

Cette loi, c’est aussi une mesure attendue : la limitation de la sous-traitance à « deux rangs ». Pas inutile, cette règle n’aura cependant que peu d’impacts sur la partie sérieuse et professionnelle du marché de la sécurité privée. On imagine mal les sociétés ayant pignon sur rue à qui les grands donneurs d’ordres confient leur sécurité, plonger dans les arcanes de ces marchés souterrains. C’est bien, mais cela ne sert à rien dans la vraie vie.

C’est ensuite une disposition allant dans le sens de la réduction d’un risque, qu’on ne peut donc a priori pas critiquer même si elle garde un coté minimaliste : un étranger (hors UE) devra être titulaire d’un titre de séjour de plus de cinq ans pour pouvoir remplir les conditions d’obtention d’une carte professionnelle. Il devra aussi connaître les principes de la République et maîtriser le français… Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent d’autant plus que la mise en œuvre de cette mesure dépend de la publication d’un arrêté dont on connaît l’affinité avec la saint Glinglin.

Je sais qu’il est facile de critiquer et à celui qui, du fond de son bureau de la haute administration le penserait et se demanderait, désespéré, quand est-ce que le citoyen français sera un jour content, je lui répondrai le jour où les professionnels seront écoutés. Je lui renverrai également un lien vers le rapport parlementaire des députés Fauvergue et Thourot, élus du peuple, qui avaient produit au bout d’un travail terrain remarquable, un document reconnu de tous les connaisseurs, observateurs et vrais experts. Les logiciels de notre état profond n’ont a priori pas la fonction copié / collé. J’espère que ce n’est parce que la voix du peuple est considérée comme inutile ou dangereuse.

Un expert, ou même un étudiant DUT, en sécurité a-t-il un jour déjà pensé à une « sécurité partielle » ? Oser utiliser l’oxymore « sécurité globale » pour nommer une loi n’était déjà pas très engageant ; née dans la crise d’un article 24, ni compris ni expliqué, cette loi n’a de globale que le nom.

 

 

 

 

 

Michel MATHIEU. 58 ans. Après 20 ans dans le métier de la sécurité privée, dont 14 ans à la présidence de Securitas France (2004-2018), il fonde son cabinet de conseil en stratégie, Cogito Conseil. Il mène en parallèle des travaux de recherche et soutiendra une thèse sur le management de la complexité en juin 2021.

Tribunes similaires
11 septembre 2001 - La tribune de Jean-Jacques Richard

11 septembre 2001 - La tribune de Jean-Jacques Richard

Jeudi 09 Septembre 2021 | Catégorie : Tribunes
Vous avez dit continuum ? - La tribune de Michel Mathieu

Vous avez dit continuum ? - La tribune de Michel Mathieu

Vendredi 19 Mars 2021 | Catégorie : Tribunes
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives

Vous souhaitez en apprendre plus sur les enjeux sécuritaires actuels ? Retrouvez les tribunes du Monde de la Sécurité, donnant la parole aux experts de la sécurité et de la sûreté.

Les débats sur la sécurité et la sûreté au sens large fleurissent, et les avis d’experts sont parfois divergents. Pour autant, certains désaccords sont le fruit d’avancées dans le domaine, et constituent la source de progrès significatifs.

Le Monde de la Sécurité a décidé d’offrir un espace d’expression aux experts à travers la rédaction de tribunes. Publié sur le Monde de la Sécurité, ce contenu exclusif vous permettra en tant que professionnel, de vous exprimer librement sur des problématiques ciblées, mais variées. Ces tribunes sont alors un moyen de diffuser des idées et des hypothèses contribuant à faire progresser la culture de la sécurité

En tant que visiteurs, les tribunes vous permettront de découvrir, de comprendre ou même de comparer des points de vue de professionnels du secteur, afin d’enrichir vos connaissances et vos compétences sur les problématiques liées au paysage sécuritaire français. Vous serez à même grâce à la lecture de ce contenu instructif, de vous forger une opinion et d’élargir votre vision sur ces thématiques.

Vous retrouverez également sur le Monde de la Sécurité une multitude de publications au sein du Média sous des angles différents pour aller plus loin dans vos recherches.

Vous souhaitez apporter votre pierre à l’édifice et collaborer avec le Monde de la Sécurité en rédigeant une tribune ? Entrez en contact avec nos équipes par mail, téléphone ou via notre formulaire de contact

Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous