Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[Décryptage] Le « Dôme de Fer » d’Israël

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[Décryptage] Le « Dôme de Fer » d’Israël

Depuis quelques jours, les tensions entre Israël et la Palestine connaissent une flambée. La crise s’est déplacée sur le plan militaire puisque les deux parties se lancent des missiles. Côté israélien, le « Dôme de Fer » a permis de stopper plus de 90 % des  roquettes tirées depuis la Palestine. Explications.

 

 

Par Mathilde Felix du Monde de la Sécurité 

Publié le 12 mai 2021 à 11h27

 

Iron Dome. Toujours à la pointe des technologies militaires, Israël dispose depuis 2011 d’un dôme de fer. Installé dans plusieurs villes, l’objectif est de répondre aux roquettes tirées depuis la Palestine en les détruisant. Dans ce conflit qui dure depuis 1949, les moments d’apaisement ont été rares. Ce système développé par le groupe d’armement public Rafael Defense Systems est financé en partie par les États-Unis. Il permet aux Israéliens d’être protégés face aux roquettes du Hamas, mouvement militaire en Palestine.

L’objectif est de contrer les projectiles de courte et moyenne portée comme les roquettes ou les obus, visant des zones habitées. Le « Dôme de Fer » permet d’abattre en plein vol des engins d’une portée allant jusqu’à 70 km.

Une efficacité limitée

Très critiqué lors de sa mise en place, le Dôme de Fer a prouvé son utilité au cours des récents conflits avec la Palestine. En mars dernier, Israël dévoilait une nouvelle version qui peut désormais intercepter « simultanément » roquettes, missiles et drones. Malgré une efficacité certaine, des roquettes peuvent pénétrer dans l’espace aérien et toucher Israël. 150 des 1 000 roquettes envoyées par des groupes armés palestiniens ces derniers jours ont touché des bâtiments israéliens causant la mort de trois personnes. Ces chiffres évoluent de manière constante et il est très difficle d'établir un pourcentage précis. En supplément de ce « Dôme de Fer », Israël peut compter sur des batteries antimissiles Arrow capables d’intercepter des missiles balistiques, et David’s Sling pour des engins à moyenne portée.

Selon les médias israéliens, chaque tir de batterie couterait 50 000 dollars soit 41 000 euros. Après le lancement du projet en 2005, il aura fallu six longues années pour faire aboutir ce « Dôme de Fer ». Le prix à payer pour le Gouvernement de Benyamin Netanyahou pour s’assurer une sécurité maximale.

 

 

Abonnez-vous à la page LinkedIn Le Monde de la Sécurité pour suivre toutes nos publications.

 

Articles similaires
[Décryptage] Le cartel de Cali, multinationale de la cocaïne en Colombie

[Décryptage] Le cartel de Cali, multinationale de la cocaïne en Colombie

Vendredi 21 Janvier 2022 | Catégorie : International
[Décryptage] Cyberattaque en Ukraine : l’ombre russe plane sur Kiev

[Décryptage] Cyberattaque en Ukraine : l’ombre russe plane sur Kiev

Lundi 17 Janvier 2022 | Catégorie : International
Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous