Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[C’est quoi...] Les brigades du Tigre

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[C’est quoi...] Les brigades du Tigre

Les brigades régionales de police mobile, aussi connues sous le nom de « Brigades du Tigre », sont l’ancêtre de la police judiciaire actuelle. Créées en 1907, elles ont inspiré une série télévisée homonyme. Retour sur ces brigades emblématiques.

 

 

 

Par Théo Zuili du Monde de la Sécurité 

Publié le 8 juin 2021 à 15h48

 

Début du XXe siècle. La Belle Époque touche à sa fin, la criminalité et la délinquance augmentent, la police est mal préparée et débordée, les Apaches terrorisent la capitale, les bandes se multiplient en campagne. Georges Clemenceau, alors ministre de l’Intérieur, décide de réformer les forces de l’ordre et crée le ministère de la Police. Par décret, il pose les fondations de ce qui deviendra la police judiciaire en instaurant douze brigades régionales de police mobile, plus tard appelées les « Brigades du Tigre ».

Une grande modernisation

La mission de ces « troupes nomades » est alors de « seconder l'autorité judiciaire dans la recherche et la répression des crimes et des délits de droit commun ». Avant leur création, la traque des criminels et délinquants était locale et il n’existait aucun moyen de combiner l'action de la police d'une région avec celle de la région voisine. Cette police va révolutionner l’ordre et la sécurité en France : des dossiers sont mis en place avec les balbutiements de la police des renseignements généraux.

Célestin Hennion est un des symboles de ces troupes mobiles. Arrivé à la direction de la Sûreté générale en 1907, il est considéré comme le père de la police moderne. C’est lui qui a conseillé à Clemenceau de créer ces brigades mobiles. Hennion allège les services administratifs et forme des services opérationnels répartis en « bureaux ». Il a également réorganisé le fichage des criminels, une des dernières techniques ultramodernes de l’époque pour lutter contre le grand-banditisme. Les Brigades du Tigre sont donc les premières autorités françaises à travailler à l’aide des empreintes digitales grâce aux travaux d’Alphonse Bertillon. Elles disposaient de tous les moyens dernier cri, du télégramme au téléphone en passant même par l’automobile.

Une large réussite

Dès leurs premiers mois d'activité, les « mobilards » obtiennent des résultats spectaculaires avec l’arrestation de la « Caravane à pépère », une bande d'une centaine de nomades dirigée par Jean Capello, en collaboration avec la gendarmerie. En moins de deux ans, les cinq cents policiers mobiles recrutés totalisent 2 695 arrestations, dont 65 meurtriers, 7 violeurs, 10 faux-monnayeurs, 283 escrocs et 193 cambrioleurs. Un succès qui continue puisque du 18 mars 1908 au 31 juillet 1909, c'est-à-dire en moins d'un an et demi, le nombre des arrestations opérées par les Brigades s'est élevé à 4 272, parmi lesquelles 83 pour assassinats ou tentatives et 1.528 pour vols. Les Brigades du Tigre démantèleront, entre autres, la célèbre bande à Bonnot en 1912.

Ces brigades, depuis plus d'un siècle ont résolu de très nombreuses affaires criminelles depuis la bande à Bonnot en passant par l'affaire Landru, Petiot dit le « docteur Satan » ou encore l'affaire Stavisky.

Un héritage

Ces « Brigades du Tigre », appelées ainsi en référence au surnom de Georges Clemenceau, sont les ancêtres de la police judiciaire actuelle. En hommage, le logo de la DCPJ est d’ailleurs un tigre noir sur fond blanc, et à droite de l'animal, on distingue le profil de Georges Clemenceau. Ces brigades mobiles deviennent en 1941 des services régionaux de police judiciaire (SRPJ). Une décision qui sera réaffirmée en 1947. Dans chacun de ces SRPJ sont alors créés des groupes de répression du banditisme (GRB). Leur succès continue par la poursuite et l'arrestation de personnages du grand banditisme comme Pierre Loutrel dit « Pierrot le fou » ou Émile Buisson dit « l’Insaisissable ». Ce sont elles qui démantèlent la « French Connection ». L’histoire continuera avec la création des BRI en province, à la fin des années 1970. De nos jours devenues la police judiciaire (PJ), elles continuent de marquer l'histoire contemporaine par leurs enquêtes judiciaires : Guy Georges, le gang des postiches, Mesrine, l'affaire Elf...

 

 

Abonnez-vous à la page LinkedIn Le Monde de la Sécurité pour suivre toutes nos publications.

 

Articles similaires
[Un peu d’histoire] La création du bataillon des sapeurs-pompiers de Paris

[Un peu d’histoire] La création du bataillon des sapeurs-pompiers de Paris

Jeudi 16 Septembre 2021 | Catégorie : Forces de sécurité
[C’est quoi...] Le fichier national automatisé des empreintes génétiques

[C’est quoi...] Le fichier national automatisé des empreintes génétiques

Jeudi 09 Septembre 2021 | Catégorie : Forces de sécurité
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives
Professionnels : inscrivez-vous !

Vous souhaitez référencer votre entreprise dans notre annuaire 

ou vos produits dans notre catalogue d’équipements ? 

Vous souhaitez annoncer votre prochain événement ? Faire paraître une offre d'emploi ?

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous