Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[Décryptage] Les services de protection du président de la République

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[Décryptage] Les services de protection du président de la République

En France, la sécurité du président de la République à l’intérieur de l’Elysée et lors de ses déplacements publics et privés est assurée par le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR).                                                                           

 

 

 

Par Théo Zuili du Monde de la Sécurité 

Publié le 11 juin 2021 à 13h58

 

Le GSPR a été créé par Christian Prouteau, le fondateur du GIGN, sous la présidence de François Mitterrand en 1983. Le GSPR est constitué de 77 hommes et femmes.

Mi-policier, mi-gendarme

Les agents du GSPR sont issus du service de la protection (SDLP), côté policier, et de la force "sécurité protection" du GIGN côté gendarme. En 2007, les gendarmes du GSPR avaient été écartés de cette fonction par Nicolas Sarkozy avant de reprendre leur place en 2012 avec François Hollande. Il est aujourd’hui organisé de manière paritaire entre policiers et gendarmes, avec environ 30 effectifs de la police et 30 de la gendarmerie.

Un service spécialisé

En amont des déplacements du président, quatre officiers doivent se rendre sur les lieux de déplacement afin de prendre la température et d'effectuer un criblage de la population, avant de faire valider à leur hiérarchie le dispositif de sécurité qu’ils devront appliquer. Au moment de la visite, le service de sécurité reste au plus près du chef d'État en appliquant des formations strictes autour du président qui portent les noms de « triangle » ou bien encore « diamant ».

En cas d'attaque, d’agression, de mouvement de foule ou d’attentat, les officiers de sécurité procèdent à une exfiltration du président selon des protocoles qui ont été définis en amont et qui ont été établis pour répondre à des situations très dégradées.

Le Service de la protection

Le Service de la protection (SDLP) a été créé en 2013. Il est issu de la fusion du Service de protection des hautes personnalités (SPHP), du Service de sécurité du ministère de l’Intérieur (SSMI) et du Service central automobile (SCA).

Le SDLP est l’héritier du Service des voyages officiels et de la sécurité des hautes personnalités (SVOSHP) créé en 1935 après l'assassinat du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie et celui du ministre des Affaires étrangères français Louis Barthou, à Marseille. Le SVOSHP devient le Service central des voyages officiels (SCVO), en 1971, puis le Service de protection des hautes personnalités (SPHP) en 1994. En 2008, le SPHP est rejoint par le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), une unité créée en 1981, avant de prendre le nom de SDLP dans le cadre de la réforme de l'administration centrale des ministères de l'Intérieur et des Outre-mer.

Protéger les hautes personnalités

Le SDLP a pour mission d’assurer la protection du président de la République et de sa famille, des membres du gouvernement et des chefs d’Etat ou de gouvernements étrangers en visite sur le territoire français. Il doit également protéger certaines personnalités comme les anciens présidents, ainsi que leur domicile, ou les individus spécialement menacés. Il assure également la sécurité des bâtiments du ministère de l’Intérieur.

Il met en place des dispositifs de protection ou d’accompagnement de sécurité au bénéfice des personnes menacées et participe à l’organisation et à la coordination des grands événements internationaux.

Le Service de la protection doit également assurer les mesures de conduite et d’accompagnement mobile de certaines autorités. Ainsi, il forme aux techniques de conduite spécialisée et prend en charge la gestion, le dépannage et l’assistance technique de leurs moyens mobiles.

Le SDLP est amené à devoir collaborer avec d’autres services de protection comme, pour le cas de la sécurité de l’Elysée, le commandement militaire du palais de l'Élysée, et de la Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la Préfecture de Police de Paris (PP).

Luc Presson, inspecteur général de la police nationale et directeur de l’ENSP, dirige la SDLP et ses plus de 1 200 fonctionnaires dont 1 000 policiers. Le SDLP dépend de la Direction générale de la police nationale. En plus de participer à la protection du président avec le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), il dispose de trois sous-directions : la Sous-direction de la Protection des personnes (SDPP), la Sous-direction de la Sûreté (SDS) et la Sous-direction des ressources et des moyens mobiles (SDRMM).

La Sous-direction de la Protection des personnes (SDPP) est divisée en deux divisions : celle des missions permanentes (DMP) et celle des missions temporaires (DMT).

Le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur, le ministre de la Justice, le ministre des Armées et le ministre des Affaires étrangères disposent chacun d’un groupe de sécurité dédié.

 

 

Abonnez-vous à la page LinkedIn Le Monde de la Sécurité pour suivre toutes nos publications.

 

Articles similaires
[C'est quoi... ?] Le soldat augmenté, future arme française ?

[C'est quoi... ?] Le soldat augmenté, future arme française ?

Lundi 17 Janvier 2022 | Catégorie : Forces de sécurité
[C'est quoi... ?] L’agence de l’innovation de la Défense

[C'est quoi... ?] L’agence de l’innovation de la Défense

Vendredi 14 Janvier 2022 | Catégorie : Forces de sécurité
Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous