Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[Décryptage] Les robots, l’avenir des conflits armés ?

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[Décryptage] Les robots, l’avenir des conflits armés ?

Les robots remplaceront-ils un jour l’Homme lors des conflits armés ? L'armée de Terre française étudie cette possibilité avec son projet de section « Vulcain », une unité dédiée aux « robots aéroterrestres » qui vise à identifier le potentiel de la robotique de combat.

 

 

Par Théo Zuili du Monde de la Sécurité 

Publié le 28 juin 2021 à 15h28

 

L’armée de Terre prépare ses troupes à un nouveau type de combat. L’horizon 2030-2040 devrait voir les robots gonfler les rangs de nos armées. Lancé le 10 juin lors de la journée de la robotique aéroterrestre organisée à Satory, le projet « Vulcain » est une première étape dans la réalisation de cette ambition de l’armée de Terre française. Une première étape qui est le fruit de plusieurs expérimentations dans le domaine de la robotique.

Une unité dédiée à la robotique

L’unité « Vulcain » verra le jour cet été au Centre d’entraînement aux actions en zone urbaine (CENZUB) de Sissonne. Il sera en partie porté par un « Centre d’excellence en robotique aéroterrestre » qui prendra ses quartiers à Satory. L’Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) et l’Institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis y seront associés dans le but de favoriser la recherche et la coopération avec les industriels.

Composée d’un officier, de deux sous-officiers et de dix militaires, la mission première de la section robotique CENZUB-94e RI sera de « mettre en situation différents objets robotiques dans le cadre de situations tactiques », selon l’armée de Terre. Elle mènera ses expérimentations avec les robots Nerva de Nexter, le groupe industriel de l'armement à qui l’on doit le char d'assaut Leclerc MBT, ainsi que de certains drones actuellement en dotation.

Il s’agira d’évaluer les modes opératoires possibles, déterminer leur exploitation et leur intégration au sein de l’armée, dans le but d’élaborer un « concept de combat terrestre futur ». « Vulcain » travaillera dans un premier temps avec la Force adverse (FORAD) pour tester les robots et familiariser les unités qui s’entrainent avec eux : l’objectif n’est pas de créer des robots autonomes, mais de les contrôler à distance. Le tout servira à éclairer les choix d’équipements futurs.

Le fruit de nombreuses expérimentations

Depuis le début de cette année, l’armée de Terre a enchaîné les expérimentations. En février, via son « Battle Lab Terre », elle a organisé à Satory une démonstration de convoi autonome, dans le cadre du projet « Microconvoi au contact » (MC²). En mars, elle a testé les fonctionnalités de plusieurs robots dans des scénarios de combat en zone urbaine. Au Mali, les « Bisons » du 126e Régiment d’Infanterie de Brive testent actuellement quatre modèles le robot mule « ROBOPEX » de l’entreprise française Gaci Rugged Systems. Enfin, elle expérimente des « exosquelettes passifs » de la société canadienne Mawashi.

Une course mondiale à la robotisation des armées

Les premières unités robotiques pilotes seront testées dès 2025 pour être opérationnelles en 2030. Mais ces robots sont aujourd’hui pensés pour délester les soldats de certaines tâches trop fastidieuses ou trop périlleuses, non pas pour tuer. Si un avenir rempli de robots peut être difficile à imaginer, la réalité dépasse pourtant la fiction avec les drones kamikazes usités récemment lors des conflits au Haut-Karabakh.

La France n'est en effet pas la seule à se préparer à cette métamorphose des armées. La Grande-Bretagne a lancé son programme « Spiral » pour faire face à la baisse de ses effectifs. La British Army prévoit de renforcer ses troupes avec 30 000 robots d'ici 2030.

Aux États-Unis, l’US Marine Corps teste son programme Squad-X tandis que l’US Army porte son projet SMET (Small Multipurpose Equipment Transport) qui vise à mettre au point un robot mule destiné à ses brigades de combat et à évaluer huit prototypes de robots armés.

En avril dernier, la Russie a annoncé la création d’une unité entièrement robotisée composée de 20 machines pour élaborer des doctrines d’emploi et former leurs futurs opérateurs. L’Israël et l’Estonie sont également dans la course.

L'armée française, elle aussi, espère rester à la pointe de la technologie. Avec le programme FURIOUS (Futurs systèmes robotiques innovants en tant qu’outils au profit du combattant embarqué et débarqué), en 2018, l’armée de Terre a pour objectif de disposer de robots opérationnels d’ici 2025. Le robot Spot de Boston Dynamics pourrait à terme venir accompagner l'armée française dans ses missions. Ce robot quadrupède a été testé cette année à l'école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan. Il sera amené à partir en exploration et effectuer des missions de reconnaissance.

 

 

Abonnez-vous à la page LinkedIn Le Monde de la Sécurité pour suivre toutes nos publications.

 

Articles similaires
[Décryptage] L’utilisation des drones par des groupes criminels en plein essor

[Décryptage] L’utilisation des drones par des groupes criminels en plein essor

Vendredi 26 Novembre 2021 | Catégorie : Forces de sécurité
[C'est quoi...] Le fichier national automatisé des empreintes génétiques

[C'est quoi...] Le fichier national automatisé des empreintes génétiques

Jeudi 18 Novembre 2021 | Catégorie : Forces de sécurité
Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous