Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[C’est quoi...] L’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[C’est quoi...] L’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels

Le trafic illégal de biens culturels est l’un des plus importants trafics mondiaux, après les drogues et les armes. L'Office central de lutte contre le trafic de biens culturels intervient notamment dans la lutte contre le pillage et le trafic de biens archéologiques en provenance des zones de conflit, communément appelées « antiquités du sang ».

 

Par Théo Zuili du Monde de la Sécurité 

Publié le 29 juin 2021 à 14h18

 

L'office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) est le service de la police judiciaire du ministère de l’Intérieur chargé de la recherche des biens culturels volés à des particuliers ou des institutions culturelles, ainsi que de la lutte contre la contrefaçon en matière artistique et de l’escroquerie qui en découle. C'est un service spécial de la Sous-direction de la lutte contre la criminalité organisée (SDLCO) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). À vocation interministérielle, il agit également au profit de la Gendarmerie nationale, de l’administration des douanes et des ministères de la Culture, de la Justice et des Affaires étrangères.

Cinq axes principaux

L’OCBC, créé en 1975, est doté d’une compétence nationale et composé de policiers et de gendarmes. Ses agents, au nombre d’une trentaine, articulent leurs missions autour de 5 axes principaux. De plus, récemment, l’OCBC a renforcé son activité afin de lutter contre les atteintes au patrimoine archéologique national et le trafic international d’antiquités en provenance du Moyen-Orient et d’Amérique du Sud, les fameuses « antiquités du sang ». Le trafic de biens culturels génère chaque année entre 3 et 15 milliards d’euros selon l’UNESCO.

D’abord, l’investigation : au travers d’enquêtes menées d’initiative ou sur délégation judiciaire par plusieurs groupes opérationnels, assistés d’un groupe dédié au traitement du renseignement opérationnel et stratégique, l’Office peut travailler en co-saisine avec l’ensemble des enquêteurs en s’appuyant sur un réseau de correspondants affectés au sein des services territoriaux de police et de gendarmerie.

Le renseignement criminel, ensuite : en traitant des renseignements émanant des services territoriaux, des partenaires internationaux et des douanes, le groupe SIRASCO (le Service d‘Information, de Renseignement et d’Analyse Stratégique sur la Criminalité Organisée) effectue des rapprochements en exploitant l’ensemble des bases judiciaires et la base TREIMA (thésaurus de recherche électronique et d'imagerie en matière artistique). Il alimente la base d’Interpol PSYCHé, accessible au public depuis 2009, et exerce une veille internet permanente : à l’instar de nombreux trafics, Internet demeure un vecteur important dans la circulation d’objets d’origine frauduleuse. Ces renseignements visent « une délinquance organisée dégageant des profits particulièrement importants ».

La coopération internationale est le troisième axe : l’Office est le point d’entrée national d’Interpol et participe à des opérations européennes de police dans le cadre du projet EMPACT. Il échange des informations opérationnelles avec Europol et les services d’enquête étrangers. Il travaille également étroitement avec le ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

La formation : grâce à des stages organisés, au profit d’enquêteurs français ou étrangers et en intervenant dans le cycle de formation des magistrats et au sein d’universités.

La prévention, enfin : en travaillant avec des partenaires institutionnels tels que le ministère de la Culture, ou des professionnels du marché de l’art (syndicats d’antiquaires ou d’experts, assureurs…). L'OCBC a participé à la rédaction d'un guide de prévention sur la sécurité des biens culturels édité par le ministère de la Culture et de la Communication. Ce guide intitulé Sécurité des biens culturels :  de la prévention du vol à la restitution de l'objet volé s'adresse à tous les propriétaires et responsables d'œuvres d'art, qu'il s'agisse de particuliers ou de professionnels. Il fournit « des conseils et des outils simples et pratiques, permettant à tout un chacun de protéger contre le vol ses propres biens et à travers eux notre patrimoine commun artistique et culturel ».

Un bilan fructueux sur le territoire

Dans le dernier bilan des vols, disparitions, dégradations et restitutions d’objets mobiliers protégés au titre des monuments historiques, la sous-direction des monuments historiques et des espaces protégés (SDMHEP) illustre une nette baisse des infractions sur le territoire ces vingt dernières années. De plus de 600 faits de vols dans les années 2000, ce chiffre oscille désormais chaque année entre 80 et 150 faits de vols en France. Les vols signalés ont été commis en majorité dans les lieux de culte.

Source : ministère de la Culture/DGP/SP/SDMHEP/BCPMI

Récemment, l’OCBC est notamment responsable de la restitution de sept reliefs du XVe siècle et du tableau Jésus chez Marthe et Marie de Théodore Chassériau datant du XIXe siècle.

De plus en plus de pillages à l’international en raison de la pandémie et des conflits

Le trafic d’antiquités et le pillage des sites archéologiques semblent profiter de la pandémie mondiale et prennent une ampleur insoupçonnée. Les ventes illicites en ligne de biens culturels issus de fouilles clandestines ont explosé. L’OCBC lutte contre l’essor de ce trafic d’ « antiquités du sang » venues de Syrie, d’Irak, du Yémen, du Sahel et de la Libye. Ce trafic aurait en effet constitué le deuxième poste des recettes de Daech.

 

 

Abonnez-vous à la page LinkedIn Le Monde de la Sécurité pour suivre toutes nos publications.

 

Articles similaires
[Décryptage] L’utilisation des drones par des groupes criminels en plein essor

[Décryptage] L’utilisation des drones par des groupes criminels en plein essor

Vendredi 26 Novembre 2021 | Catégorie : Forces de sécurité
[C'est quoi...] Le fichier national automatisé des empreintes génétiques

[C'est quoi...] Le fichier national automatisé des empreintes génétiques

Jeudi 18 Novembre 2021 | Catégorie : Forces de sécurité
Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous