Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[C’est quoi...] Le pôle national de lutte contre la haine en ligne

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[C’est quoi...] Le pôle national de lutte contre la haine en ligne

Depuis le 4 janvier, six magistrats sont saisis des faits d’appels à la haine ou de harcèlement en ligne les plus sensibles, les plus médiatiques ou les plus complexes. Rattaché au parquet de Paris, le pôle national de lutte contre la haine en ligne collabore avec la plateforme de signalement Pharos et les représentants des réseaux sociaux.

 

Par Théo Zuili du Monde de la Sécurité 

Publié le 12 juillet 2021 à 15h17

 

La création de ce parquet spécialisé contre la haine en ligne est issue d’une des rares dispositions de la loi Avia qui a survécu à la censure du Conseil constitutionnel. La campagne de haine en ligne qui a suivi l’assassinat de Samuel Paty a accéléré sa mise en place. Ainsi, le 4 janvier 2021, le pôle national de lutte contre la haine en ligne voit le jour, logé au sein de la section « Presse et protection des libertés publiques » de la cinquième division du parquet de Paris.

Un parquet spécialisé pour les plus grandes affaires

Constitué de six magistrats, de juristes spécialisés en droit de la presse et dans les infractions en ligne, de leurs assistants et d'un greffier, ce « Pharos judiciaire » se saisit depuis lors des cas les plus complexes et les plus médiatiques en matière de haine en ligne. Il a pour but de « judiciariser plus rapidement les signalements et d'aider cette plateforme à fonctionner mieux encore », selon le ministre de la Justice. Les cas plus simples, eux, continuent d’être traités par les parquets locaux.

Le nouveau pôle représente également la justice française auprès des grands réseaux sociaux sur lesquels abondent harcèlements, cyberviolence, apologie du terrorisme et campagnes de haine. Cette collaboration permet de faire supprimer plus rapidement que jamais les posts répréhensibles sur ces plateformes comme Twitter, Facebook, Instagram ou encore Snapchat.

Déjà de grandes affaires

Treize personnes ont été jugées pour « harcèlement en ligne » et « menaces de mort » sur la jeune Mila, qui avait tenu des propos polémiques sur l'islam. Avant cela, ce pôle avait déjà été saisi de 140 dossiers en quelques mois, dont une vague de messages antisémites publiés sur Twitter et Facebook lors de la dernière élection de Miss France. Sa première condamnation concernait quatre prévenus jugés pour avoir proféré des appels à la haine contre la communauté asiatique sur Twitter. Le parquet spécialisé a également jugé un jeune homme de 20 ans pour menaces de mort contre Marika Bret, DRH de Charlie Hebdo. Le 6 juillet, il a ouvert une enquête sur des tweets racistes contre les Bleus après l’élimination de l’équipe de France à l’Euro 2021 de football.

 

▶︎ Abonnez-vous à la newsletter l'Hebdo du Monde de la Sécurité pour recevoir un condensé de nos publications chaque semaine dans votre boite mail. 

 

Articles similaires
[Décryptage] Le juge d’instruction, au cœur de l’enquête

[Décryptage] Le juge d’instruction, au cœur de l’enquête

Vendredi 15 Octobre 2021 | Catégorie : Justice
[Décryptage] La fin du rappel à la loi, quels objectifs ?

[Décryptage] La fin du rappel à la loi, quels objectifs ?

Mardi 28 Septembre 2021 | Catégorie : Justice
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives
Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous