Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[Décryptage] Hausse du nombre de détenus, un problème sans fin ?

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[Décryptage] Hausse du nombre de détenus, un problème sans fin ?

Le ministère de la Justice a fourni des données statistiques concernant la population dans les prisons. Des chiffres qui pointent du doigt une hausse du nombre de détenus, ce qui vient complexifier le problème de surpopulation carcérale.         

 

 

Par Ugo Maillard du Monde de la Sécurité

Publié le 30 juillet 2021 à 14h08

 

Une situation toujours plus critique. Le nombre de personnes incarcérées dans les prisons françaises a de nouveau augmenté en mai, pour s’établir à 66 591 détenus au 1er juin, pour 60 794 places opérationnelles.

Au 1er mai, la France comptait 65 384 prisonniers, ce qui représente une hausse de 1,8 % en un mois. Au cours des deux derniers mois, le solde des personnes incarcérées a bondi de 2 587, un rythme jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Parmi les personnes incarcérées, 28,8 %, soit 19 168 sont des prévenus détenus dans l’attente de leur jugement. Une hausse du nombre de détenus qui va de pair avec la hausse des chiffres de la délinquance présentés ces derniers jours par le ministère de l’Intérieur.  

Augmentation de la population carcérale inquiétante

La population carcérale a augmenté de 15,7 % en un an, et le développement rapide de la peine de détention à domicile sous surveillance électronique n’y change rien. Conséquence, dans un parc pénitentiaire au bord de l’asphyxie le nombre de détenus dormant sur un matelas au sol a été multiplié par 2,6 en un an, à 1 131. Dix-huit mois après la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme, notamment en raison du caractère structurel de la surpopulation carcérale, la situation devient critique. 20 % des détenus sont dans des prisons occupées à plus de 150 % de leurs capacités.

La densité carcérale dans les 188 établissements pénitentiaires s'établit désormais à 112,5%, contre 109,5% au 1er juin et 108% au 1er mai. Elle est de 132,2% dans les maisons d'arrêt, où sont incarcérés les détenus en attente de jugement et ceux condamnés à de courtes peines, en augmentation de plus de 20 points par rapport au 1er juillet 2020. La densité carcérale atteint même 198,5% à la maison d'arrêt de Tarbes.

Les effets collatéraux de la crise liée au Covid-19 avaient provoqué une baisse spectaculaire de 13 000, du nombre de détenus au printemps 2020. Au regard des chiffres annoncés par le ministère de la Justice, on comprend aisément que cette baisse n’était que ponctuelle et ne reflète en rien, une amélioration des conditions de détention.

Si Emmanuel Macron avait annoncé un plan pour augmenter les places en prison en 2018, les premières ne seront prêtes à être livrées qu’en 2022.

 

▶︎ Abonnez-vous à la newsletter l'Hebdo du Monde de la Sécurité pour recevoir un condensé de nos publications chaque semaine dans votre boite mail.  

 

Articles similaires
[Décryptage] Alexandre Benalla face à la justice

[Décryptage] Alexandre Benalla face à la justice

Lundi 13 Septembre 2021 | Catégorie : Justice
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives
Professionnels : inscrivez-vous !

Vous souhaitez référencer votre entreprise dans notre annuaire 

ou vos produits dans notre catalogue d’équipements ? 

Vous souhaitez annoncer votre prochain événement ? Faire paraître une offre d'emploi ?

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous