Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

11 septembre 2001 - La tribune de Jean-Jacques Richard

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

11 septembre 2001 - La tribune de Jean-Jacques Richard
 

Par Jean-Jacques Richard, directeur de la publication du Monde de la Sécurité 

Publiée le 9 septembre 2021 à 16h15

 

Je me rappelle avoir été prévenu par l’appel d’un ami qui m’a exhorté à regarder CNN sans tarder. Ce jour-là, j’étais chez moi. J’allumai immédiatement mon poste de télévision : sur mon écran apparut la tour 1 du World Trade Center, en feu.

J’étais médusé par les images que je voyais en direct. Et tout d’un coup, comme des millions de personnes devant leur téléviseur, je vis un avion s’approcher de la tour 2 et venir la frapper de plein fouet.

Stupéfaction. Pendant quelques minutes, j’eus l’impression de vivre non pas un cauchemar, mais quelque chose de bien plus noir, un sentiment qui m’était jusqu’alors inconnu, mêlant horreur et effarement. J’étais scotché aux images, essayant de rassembler mes pensées sans y arriver. Je ne sais plus au bout de combien de minutes je finis par comprendre qu’il ne pouvait en aucun cas s’agir d’un accident : le World Trade Center venait de faire l’objet d’un acte terroriste.

Détournements en série

Nous sommes le 11 septembre 2001, une date qui a marqué l’histoire d’une pierre blanche et qui entraînera dans son sillage bien d’autres atrocités. Ce 11 septembre 2001, 19 terroristes détournent 4 avions de ligne : 2 Boeings 767 et 2 Boeings 757.

Ce jour-là, le premier des avions de ligne à décoller fut le vol n° 11, un Boeing 767 de la compagnie American Airlines qui transportait 81 passagers et 11 membres d’équipage. Cet avion quitta l’aéroport international Logan de Boston avec pour destination finale Los Angeles, la cité des Anges en Californie. Il fut détourné à 8h14 par 5 terroristes, dont celui qui fut décrit comme le chef du commando, l’Égyptien Mohammed ATTA. 30 minutes plus tard, à 8h46, l’avion frappait la tour 1 du World Trade Center, entre le 93e et le 99e étage.

À 9h03, la tour 2 du WTC fut à son tour percutée par le vol n° 175 d’United Airlines, un Boeing 767 qui transportait 56 passagers et 9 membres d’équipage. Ce vol avait lui aussi décollé de l’aéroport de Boston, avec la même destination, Los Angeles. Pris de contrôle par 5 terroristes, il heurta la tour 2 du WTC entre le 78e et 84e étage. 

Le vol 77 de American Airlines décolla quant à lui à 8h20 de l’aéroport international de Dulles en Virginie, à destination lui aussi de Los Angeles. Avec son bord 58 passagers et 6 membres d’équipage, le Boeing 757 fut détourné à 8h53 par plusieurs terroristes qui, après en avoir pris le contrôle pendant 44 minutes, le feront s’écraser sur la partie ouest du Pentagone.

Le quatrième avion, le vol 93 d’United Airlines, décolla à 8h42 de l’aéroport international de Newark dans le New Jersey, avec à son bord 37 passagers et 7 membres d’équipage qu’il devait transporter jusqu’à San Francisco. Mais à 9h28, le Boeing 757 fut détourné par 4 terroristes. À 9h57, les passagers se dressaient contre les terroristes, sans succès puisque quelques minutes plus tard, le vol 93 s’écrasa dans le comté de Somerset, au sud-est de Pittsburgh, ne laissant aucun survivant.

L’incroyable se produisit

Au moment de l’impact des tours du World Trade Center, plus de 17 000 personnes étaient présentes dans les 2 bâtiments. Celles-ci purent être en partie évacuées grâce au courage sans limites des agents de sécurité des tours, des pompiers et des policiers de la ville de New York.

À 9h58, la tour sud s’écroulait sur elle-même, suivie à 10h28 par la tour nord dont l’effondrement engloutit 2 200 personnes. À 17h25, la tour 7 du World Trade Center, en proie à un violent incendie, s’effondre également. Au total, ce sont 8 immeubles qui furent partiellement ou totalement détruits dans ces attaques terroristes sans précédent et 48 immeubles qui furent également endommagés. 

Un massacre au cœur des États-Unis

Ces 4 actions kamikazes engendrèrent 2 977 morts et 6 291 blessés, faisant de ces attaques les pires connues par les États-Unis depuis Pearl-Harbour.

343 pompiers du Fire Department of the City of New York (FDNY), 23 officiers du New York City Police Department (NYPD) et 37 officiers du Port Authority Police Department (PAPD) perdirent la vie.

Les conséquences de ces attaques furent très importantes, notamment sur le plan de la santé avec de multiples séquelles allant de troubles psychologiques graves à des problèmes d’asthme ou des cancers causés par les fumées des décombres. Encore aujourd’hui ce sont des milliers de personnes qui continuent à payer un lourd tribut de cette macabre journée.

Dans un rapport, le fonds monétaire international, le FMI, a estimé le coût des attentats à plus de 24 milliards de dollars.

L’enquête

L’enquête qui fut déclenchée a été hors norme. Conduite par le FBI, elle a mobilisé plus de 7 000 agents, faisant de cette investigation la plus importante menée par le Bureau. Dans les 72 heures qui suivirent l’attentat, le FBI a été capable d’identifier les 19 terroristes.

Le directeur du FBI, Robert Mueller, indiquera très rapidement qu’il n’a aucun doute sur le fait qu’Al-Qaïda soit à l’origine de ces attentats. Oussama Ben Laden confirmera lui-même ce point dans une vidéo le 13 décembre 2001.

Après six mois d’enquête, Robert Mueller précisera que les 19 terroristes n’ont laissé derrière eux aucune trace, ni document, ni appel téléphonique, ni transaction d’argent… absolument rien. 

La riposte

Le 26 septembre, l’USA PATRIOT Act fut approuvé par les parlementaires américains, texte qui était censé protéger les États-Unis du terrorisme. Ce document sera la cause de bien des maux en autorisant la torture, les sites d’emprisonnement clandestin (black sites) ou bien encore des exécutions plus que sommaires.

En novembre 2002, une commission nationale d’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 fut créée. Deux ans plus tard, celle-ci remettra un rapport de 584 pages décrivant les circonstances, mais aussi les manquements en termes de sécurité.

28 pages de ce rapport ont été pendant longtemps classifiées Secret Défense, car elles mettaient en cause des personnalités saoudiennes. C’est seulement en juillet 2015 que plusieurs documents classifiés furent rendus accessibles au grand public.

De son côté, la CIA mènera elle aussi une enquête interne afin de comprendre les raisons de la non-détection de ces attaques. Ce rapport qui sera terminé en 2005 a été classifié secret par la CIA. Quelques parties du rapport déclassifiées en 2017 soulignèrent le manque de coopération entre la CIA et le FBI, mais aussi le manque de volonté de l’ancien directeur de la CIA, Georges Tenet (1997 – 2004), pour démanteler Al-Qaïda avant 2001.

L’incroyable est toujours possible

À la question « De telles attaques étaient-elles envisageables ? », la réponse est oui. Plusieurs rapports soulignaient depuis des années la portée symbolique des tours du World Trade Center. D’autres analyses précisaient quant à elles que des avions pouvaient être utilisés comme vecteur d’actions terroristes. Les services de renseignement de plusieurs pays européens avaient depuis plusieurs mois alerté leurs homologues américains sur le risque de détournements d’avions civils aux États-Unis.

Les autorités américaines avaient bien envisagé ce type de scénario, mais il y a une grande différence entre envisager et accepter que de tels scénarios soient certains dans le temps.

Le problème avec le terrorisme est que l’on est dans un format asymétrique opposant un pays ou des pays à des individus qui ont pour seule nationalité leur idéologie. Une autre composante du terrorisme est que les auteurs de ces actes sont sans aucune limite dans leur ingéniosité macabre. 

Quand vous êtes la première puissance militaire mondiale, que vous avez un système de renseignement à la pointe de la technologie capable d’intercepter les communications partout dans le monde, vous ne pouvez que très difficilement imaginer que 19 terroristes armés de couteaux de poche, cutters et ciseaux puissent détourner 4 avions de ligne et causer la mort de près de 3 000 personnes. Vous ne pouvez que très difficilement imaginer que ces 4 attaques kamikazes vont bouleverser la stabilité du monde et faire naître de nouveaux groupes terroristes tel que l’État islamique. Vous n’imaginez pas un seul instant ne pas pouvoir terrasser en moins de temps qu’il ne faut pour le dire des terroristes comme Oussama Ben Laden ou le Jordanien Zaqarwi. Vous n’imaginez pas devoir quitter l’Afghanistan dans la précipitation après avoir été présent dans ce pays pendant 20 ans (30 août 2021).

Le terrorisme, c’est la lutte du pot de terre contre le pot de fer : c’est une lutte à la fois inégale sur le papier et surréaliste sur un plan tactique, car un groupe d’hommes et de femmes guidé par une idéologie ne peut théoriquement pas déstabiliser un État structuré. Le terrorisme, c’est l’art de manier la terreur sans aucune forme de pitié.

Cette guerre contre le terrorisme islamiste a réellement débuté en septembre 2001. Vingt ans plus tard, elle est très loin d’être terminée. À charge pour ceux qui la conduisent d’apprendre de leurs erreurs passées.


▶︎ Recevez tous les lundis
 un condensé de nos publications directement dans votre boite mail. C'est gratuit. 

JE M'ABONNE À L'HEBDO 

Tribunes similaires
Vous avez dit globale ? - La tribune de Michel Mathieu

Vous avez dit globale ? - La tribune de Michel Mathieu

Mercredi 05 Mai 2021 | Catégorie : Tribunes
Vous avez dit continuum ? - La tribune de Michel Mathieu

Vous avez dit continuum ? - La tribune de Michel Mathieu

Vendredi 19 Mars 2021 | Catégorie : Tribunes
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives

Vous souhaitez en apprendre plus sur les enjeux sécuritaires actuels ? Retrouvez les tribunes du Monde de la Sécurité, donnant la parole aux experts de la sécurité et de la sûreté.

Les débats sur la sécurité et la sûreté au sens large fleurissent, et les avis d’experts sont parfois divergents. Pour autant, certains désaccords sont le fruit d’avancées dans le domaine, et constituent la source de progrès significatifs.

Le Monde de la Sécurité a décidé d’offrir un espace d’expression aux experts à travers la rédaction de tribunes. Publié sur le Monde de la Sécurité, ce contenu exclusif vous permettra en tant que professionnel, de vous exprimer librement sur des problématiques ciblées, mais variées. Ces tribunes sont alors un moyen de diffuser des idées et des hypothèses contribuant à faire progresser la culture de la sécurité

En tant que visiteurs, les tribunes vous permettront de découvrir, de comprendre ou même de comparer des points de vue de professionnels du secteur, afin d’enrichir vos connaissances et vos compétences sur les problématiques liées au paysage sécuritaire français. Vous serez à même grâce à la lecture de ce contenu instructif, de vous forger une opinion et d’élargir votre vision sur ces thématiques.

Vous retrouverez également sur le Monde de la Sécurité une multitude de publications au sein du Média sous des angles différents pour aller plus loin dans vos recherches.

Vous souhaitez apporter votre pierre à l’édifice et collaborer avec le Monde de la Sécurité en rédigeant une tribune ? Entrez en contact avec nos équipes par mail, téléphone ou via notre formulaire de contact

Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous