Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[Décryptage] Fin du Beauvau de la Sécurité : L’Association des Maires de France milite pour plus de pouvoirs pour les acteurs locaux

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[Décryptage] Fin du Beauvau de la Sécurité : L’Association des Maires de France milite pour plus de pouvoirs pour les acteurs locaux

Au terme de ces nombreux mois de consultation, l’heure est au bilan pour le Beauvau de la Sécurité. L’association des maires de France souhaite que cette dynamique perdure. Alexandre Touzet, le représentant de l’AMF lors de ces tables rondes évoque pour nous leurs attentes.

 

 

Par Ugo Maillard du Monde de la Sécurité 

Publié le 14 septembre 2021 à 15h09 

 

Alors qu’Emmanuel Macron vient de s’exprimer pour clore le Beauvau de la Sécurité, les acteurs de cette consultation nationale commencent à tirer des conclusions. Alexandre Touzet, maire de la commune de Saint-Yon et représentant de l’Association des Maires de France au Beauvau de la Sécurité se réjouit « d’un travail enrichissant ». « Nous avons pu nous poser et discuter avec des professionnels du secteur pour l’améliorer ». Malgré le bien-fondé de la démarche, Alexandre Touzet regrette que « cette initiative se clôture à l’aube de la période électorale et non en début de mandat ».

Des propositions à deux niveaux

Pour Alexandre Touzet, délégué à la sécurité à l’Association des Maires de France, la nécessité première est un renforcement des pouvoirs accordés aux élus locaux en matière de sécurité. Selon l’élu, cette transformation doit se faire à deux niveaux. « Dans un premier temps, il est nécessaire de mettre en place un partenariat entre tous les acteurs que ce soit dans la réflexion et dans l’action à l’échelle nationale. Dans un second temps, nous souhaitons créer une instance de partage entre les élus et les forces de l’ordre. Cela nous permettra de réaliser un diagnostic commun et de bénéficier d’un partage d’informations ».

L’élu d’une commune de l’Essonne souhaite avertir les pouvoirs publics quant à l’application des mesures annoncées. « En prenant l’exemple du Grenelle des violences conjugales, on se rend que certaines mesures ne sont pas appliquées ». Le représentant de l’AMF déclare « vouloir une instance de suivi capable d’observer la mise en place des annonces ». Une instance qui doit être composée de personne de la société civile.


▶︎ Recevez tous les lundis
 un condensé de nos publications directement dans votre boite mail. C'est gratuit. 

JE M'ABONNE À L'HEBDO

Articles similaires
[Un peu d’histoire] La peine de mort en France

[Un peu d’histoire] La peine de mort en France

Mercredi 08 Septembre 2021 | Catégorie : Société
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives
Professionnels : inscrivez-vous !

Vous souhaitez référencer votre entreprise dans notre annuaire 

ou vos produits dans notre catalogue d’équipements ? 

Vous souhaitez annoncer votre prochain événement ? Faire paraître une offre d'emploi ?

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous