Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[Décryptage] La France annonce avoir tué un chef de l’État islamique au grand Sahara

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[Décryptage] La France annonce avoir tué un chef de l’État islamique au grand Sahara

Adnan Abou Walid al-Sahraoui a été tué par une frappe de Barkhane, il y a quelques semaines, selon le président français. Adnan Abou Walid al-Sahraoui et le groupe État islamique au Grand Sahara avaient été désignés comme ennemi numéro un lors du sommet du G5 Sahel de Pau en janvier 2020.

 

 

Par Ugo Maillard du Monde de la Sécurité 

Publié le 16 septembre 2021 à 15h38

 

L'annonce a été publiée sur le compte Twitter d'Emmanuel Macron un peu avant 1h du matin, ce jeudi 16 septembre 2021. Adnan Abou Walid al-Sahraoui est mort. C'est un raid aérien, sans renfort au sol, qui l'a neutralisé. D'où le délai entre la mort du terroriste et l'annonce officielle. Confirmer son identité a pris des semaines. L’opération menée par des militaires français a également permis de neutraliser plusieurs autres combattants de l’organisation État islamique. 

Un émir très influent

Sa mort est un coup dur pour ses troupes qui opèrent dans la zone dite des « trois frontières » - Mali, Burkina Faso, Niger. Un coup dur qui ne signifie pas la fin des opérations djihadistes. Les combattants de l’État islamique sont de plus en plus formés à agir en petits groupes autonomes. Et contrairement au second groupe djihadiste le Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans (GSIM), qui a fait du Mali sa base, l’État islamique étend ses tentacules au Niger et au Burkina Faso voisins afin de ne plus trop dépendre du Mali où sont concentrées de nombreuses forces étrangères.

L'opération Solstice en juin dernier avait déjà neutralisé plusieurs cadres, comme Rhissa al-Sahraoui ou encore Ikarey. Pour autant les attaques se poursuivent dans la zone des « trois frontières » et notamment dans le Tillabéri nigérien. La dernière a eu lieu ce week-end, alors même que le président du Niger était en visite dans cette région. Dans le haut de la liste des ennemis de la force Barkhane, il ne reste désormais plus qu'un nom : Iyad Ag Ghali, chef du GSIM, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans.

Le timing de cette annonce des autorités françaises étonne. Elle intervient alors que la rumeur d'un contrat entre le Mali et société de mercenaires russes Wagner, court. Rien à voir assure l'Élysée : « Ce n'est pas le genre d'informations avec lesquelles nous faisons des coups de théâtre. »


▶︎ Recevez tous les lundis
 un condensé de nos publications directement dans votre boite mail. C'est gratuit. 

JE M'ABONNE À L'HEBDO 

Articles similaires
[Décryptage] Samuel Paty : Où en est l’enquête ?

[Décryptage] Samuel Paty : Où en est l’enquête ?

Jeudi 14 Octobre 2021 | Catégorie : Terrorisme
[Décryptage] L’entreprise Lafarge, nid d’espions occidentaux ?

[Décryptage] L’entreprise Lafarge, nid d’espions occidentaux ?

Mercredi 06 Octobre 2021 | Catégorie : Terrorisme
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives
Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous