Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[INTERVIEW] Luc Guilmin, président de Securitas France et du Groupement des Entreprises de Sécurité (GES)

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[INTERVIEW] Luc Guilmin, président de Securitas France et du Groupement des Entreprises de Sécurité (GES)

Luc Guilmin, président de Securitas France, a répondu aux questions de Jean-Jacques Richard pour Le Monde de la Sécurité. Luc Guilmin est également président du GES (groupement des entreprises de sécurité), 1ère organisation patronale de la filière de la prévention et sécurité privée, avec une représentativité de plus de 83 %.

 

Interview de Luc GUILMIN, président de Securitas France et du Groupement des Entreprises de Sécurité, réalisée par Jean-Jacques, directeur de la publication du Monde de la Sécurité

Publiée le 10 novembre 2021 à 07h30 

Securitas est la première société de sécurité privée en France avec un chiffre d’affaires en 2020 de 656m€. La vision de Securitas est de proposer à ses clients des solutions intégrées de sécurité afin de répondre à l’ensemble des besoins de ses donneurs d’ordre. « Nous vous aidons à faire de votre environnement un lieu plus sur » « Sea a different world – voir un monde différent » est la nouvelle raison d’être du groupe suédois fondé en 1934.

 

Quelle est l’actualité de Securitas en cette fin d’année ?

Permettez-moi tout d’abord de vous parler de l’actualité du groupe Securitas. Le groupe poursuit sa stratégie de croissance, notamment sur le segment de la sécurité électronique, avec la volonté affichée de rééquilibrer son portefeuille d’activités entre la partie surveillance humaine et la partie sécurité électronique.

À l’échelle de la France, nous avons une stratégie comparable à celle du groupe. Cette stratégie s’inscrit dans la droite ligne de notre acquisition en 2018 de la société Automatic Alarm. La croissance de ce segment est très positive et nous sommes persuadés qu’il est plus que jamais nécessaire de trouver une juste combinaison entre la sécurité humaine et la sécurité électronique pour répondre de la manière la plus efficace possible aux besoins de nos clients.

Une autre actualité concerne la hausse des salaires. Après l’augmentation du SMIC qui a eu lieu le 1er octobre, une augmentation de toute la grille des salaires conventionnels de 2,2% est prévue au 1er janvier 2022. Nous en discutons actuellement avec nos clients pour que nos prix intègrent cette revalorisation

 

Quel regard portez-vous sur le continuum de sécurité. Pensez-vous qu’il se matérialise de manière concrète ?

C’est une bonne question. On parle effectivement beaucoup du continuum de sécurité et toutes les parties prenantes essaient de mettre en place des actions concrètes. Pour ma part, je dirais que le continuum de sécurité est déjà en action. À titre d’exemple, en matière de sécurité événementielle, le continuum de sécurité est déjà une réalité au travers des relations entretenues entre les services d’ordre de l’État et les sociétés de sécurité privée.

Il ne fait aucun doute que nous aimerions tous voir un plus grand transfert de certaines activités qui sont aujourd’hui réservées aux forces de l’ordre public vers le secteur de la sécurité privée. Pour ce faire, il y a un certain nombre de difficultés à surmonter et la plus importante concerne notre propre crédibilité. Si nous voulons atteindre cet objectif, notre niveau de professionnalisme doit être indiscutable et pour ce faire, la balle est dans notre camp.

 

Il y a des voix qui commencent à s’élever dans la communauté des agents de sécurité afin de réclamer des augmentations de salaire. Comment expliquez-vous que la profession d’agent de sécurité soit si peu valorisée en France, contrairement à des pays comme la Suède par exemple ?

Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la profession est totalement atomisée : il y a un très grand nombre d’acteurs en France avec 3 500 entreprises et près de 8 000 autoentrepreneurs. Dans les pays où la profession est justement reconnue et où les salaires sont bien plus élevés, le nombre de sociétés est bien moins important.

Aujourd’hui, pour créer une société de sécurité privée en France, vous avez besoin d’un casier judiciaire vierge, un certificat de qualification professionnelle (CQP) et un agrément délivré par le CNAPS. Vous n’avez besoin d’aucune assise financière par exemple. Dans ces conditions, la concurrence est acharnée, ce qui entraîne de fait les prix vers le bas. Dans une activité où 90 % des coûts concernent la masse salariale, vous comprendrez que des prix de vente bas ne facilitent nullement l’augmentation des salaires.

Je pense également comme d’autres que la branche n’a pas assez investi dans des parcours de formation qualifiante afin de renforcer l’attractivité du secteur. Il est primordial que nous puissions ouvrir de véritables perspectives d’évolution de carrière. Nous traitons actuellement ces thématiques avec l’ensemble des organisations patronales et syndicales représentatives. Pour accompagner ces évolutions, nous parlons avec le GES d’une possible augmentation des salaires d’environ 10 %, ce qui n’est pas rien, et cette perspective est pour bientôt. Nous devrions y voir plus clair à la fin du premier trimestre 2022.

L’un des objectifs est de laisser le temps aux sociétés de sécurité d’en parler avec leurs clients afin que cette hausse des salaires puisse être absorbée. L’idée du GES est de laisser 9 mois aux entreprises du secteur entre le moment où l’accord sera signé et sa mise en œuvre effective. Dans un secteur où la rentabilité est bien souvent inférieure à 10 %, il ne fait donc aucun doute que des augmentations de tarifs devront avoir lieu. Pour ce faire, un travail important de communication institutionnelle est nécessaire pour expliquer aux donneurs d’ordre tout le sens de ces augmentations tarifaires.

 

Certaines entreprises, et notamment des entreprises publiques, ont toujours une politique de référencement de la société la moins-disante aux dépens de sociétés qui ont une réelle expertise technique et managériale. Que pensez-vous de ce type de situation ?

Cette situation est effectivement infernale, mais il appartient en l’espèce à l’État de définir de manière très claire leur stratégie de référencement de sociétés de sécurité privée. Dans le secteur, des prix très bas cohabitent toujours très mal avec qualité de service et professionnalisme. Il appartient donc aux donneurs d’ordre de savoir s’ils privilégient le prix ou la qualité de service dans le cadre de leur référencement.

 

Selon différentes sources, il y aurait une pénurie de main-d’œuvre de l’ordre de 25 000 agents de sécurité en France. Quelle est la solution pour réussir à attirer des jeunes et des moins jeunes à embrasser cette profession ?

Il faut tout d’abord un salaire qui soit attractif, mais aussi que celui qui embrasse cette carrière puisse se projeter à 5 ou 10 ans. La profession doit être en mesure de dessiner de véritables parcours professionnels.

Nous avons de formidables opportunités pour faire grandir la profession avec la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Pour les JOP de 2024, le besoin se situera entre 15 000 et 20 000 agents sur cette période.

Je suis convaincu que nombreux sont les jeunes qui souhaitent être des acteurs de ces JOP. Et au-delà des JOP 2024, nous sommes dans un secteur, comme vous l’avez mentionné, où il y a une véritable pénurie de main-d’œuvre. C’est plus que jamais à l’ensemble de la profession de mieux valoriser et promouvoir les métiers de la sécurité pour en faire un secteur attractif et donner ainsi aux jeunes l’envie de nous rejoindre.

Un autre enjeu consiste également à mieux favoriser l’alternance et l’apprentissage dans la branche Sécurité, ce qui aujourd’hui très compliqué. Pour être en mesure d’aller sur le terrain, un agent de sécurité doit être obligatoirement en possession d’un certificat de qualification professionnelle qui nécessite 175 heures de formation. Vous comprendrez par conséquent que le dispositif actuel n’est pas favorable à l’alternance. Nous travaillons actuellement avec le GES en étroite collaboration avec le ministère de l’Intérieur afin d’être en mesure de promouvoir l’alternance. Pour vous donner une idée, la profession serait capable de recruter 20 000 alternants sur une période de 4 ans.

 

Comment voyez-vous l’évolution du secteur dans les 3 prochaines années ?

Nul doute que les Jeux olympiques et Paralympiques de 2024 vont énormément animer la profession. Il y a une très belle opportunité dans les 3 prochaines années pour changer les règles du jeu qui régissent la profession, et ce en étroite collaboration avec les partenaires sociaux. L’objectif est que la profession soit attractive, mais également d’assurer une juste croissance du secteur dans les prochaines années.

De plus, nos clients veulent aujourd’hui des agents de plus en plus formés pour qu’ils soient capables de répondre à des demandes de plus en plus spécifiques. Pour ce faire, il est primordial que tous nos agents puissent interagir avec tous les systèmes électroniques qui sont déployés sur les sites de nos clients. Arriver à faire ce lien entre l’agent de sécurité et la sécurité électronique est un véritable enjeu pour la profession, mais aussi pour nos clients.

 

En matière de sécurité privée, quel pays pourriez-vous prendre en exemple en Europe ?

Je ne pense pas qu’il y ait un exemple à suivre en Europe. Il y a différentes approches qui répondent à des besoins qui sont historiques. Nous avons en France une histoire qu’il faut assumer et respecter. Une erreur consisterait à chercher à copier un modèle là où nous pouvons nous inspirer de plusieurs modèles qui devraient nous permettre de faire grandir toute la profession et ses acteurs de terrain.

 


▶︎ Recevez tous les lundis
 un condensé de nos publications directement dans votre boite mail. C'est gratuit. 

JE M'ABONNE À L'HEBDO

Interviews similaires
[Interview] Michaël Sibilleau, directeur général du GPIS-GIE

[Interview] Michaël Sibilleau, directeur général du GPIS-GIE

Mardi 11 Janvier 2022 | Catégorie : Interviews
[Interview] Clarisse Ginet, fondatrice et CEO de Texplained

[Interview] Clarisse Ginet, fondatrice et CEO de Texplained

Mardi 07 Décembre 2021 | Catégorie : Interviews
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives

Vous souhaitez connaitre les opinions des professionnels de la sécurité sur les enjeux sécuritaires d’aujourd’hui et de demain ? Le Monde de la Sécurité a interrogé pour vous ces acteurs souhaitant vous faire partager leurs expériences au travers d’interviews.

Le Monde de la Sécurité a pour objectif de vous informer au jour le jour sur le secteur de la sécurité en France. Ainsi, la plateforme réalise une veille informationnelle très minutieuse afin de vous proposer des interviews sur des thèmes actuels. Directeurs sûreté, chefs d’entreprises ou même personnalités publiques, les professionnels du secteur s’associent au Monde de la Sécurité pour développer la culture de la sécurité et de la sûreté chez le plus grand nombre. Professionnels, journalistes, étudiants ou simple visiteur curieux, vous verrez à travers ces interviews une réelle opportunité d'accroître votre appétence en matière de sécurité et de sûreté. 

Grâce à leurs témoignages, bénéficiez de l'expérience de ces professionnels pour être à même de comprendre le contexte sécuritaire actuel mais aussi le rôle de ces acteurs nous protégeant au quotidien. A travers le décryptage de phénomènes d’actualité, d’analyses poussées ou même de la description de leurs tâches du quotidien, ces professionnels ont à cœur de vous faire partager l’expérience de la sécurité.

Le Monde de la Sécurité s’attache à être le plus pédagogique possible pour permettre au plus grand nombre de s’acculturer au secteur de la sécurité. Au travers de vidéos ou de retranscriptions écrites, les interviews réalisées par le Monde de la Sécurité ont pour but de donner la parole aux experts afin qu’ils puissent nous donner leur vision éclairée par leur expérience et leur analyse.

Pour aller plus loin, le Monde de la Sécurité vous permet également de consulter des dizaines d’articles sur des sujets variés, toujours en lien avec la sécurité et la sûreté. 

Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous