Accès espace professionnel

NOS OFFRES PRO : Référencement & Visibilité

[Portrait] Sonia Fibleuil : femme, flic et porte-parole de la police nationale

Facebook Twitter Linkedin Imprimer

[Portrait] Sonia Fibleuil : femme, flic et porte-parole de la police nationale

Prendre la parole en lieu et place des non-professionnels de la police nationale, telle est la première mission de la commissaire divisionnaire Sonia Fibleuil, porte-parole de la direction générale de la police nationale (DGPN). Mais dans sa fonction, Sonia Fibleuil a également pour mission d’expliquer d’une manière extrêmement précise et sincère la nature des missions conduites par les effectifs de la DGPN. « Ce qui compte, c’est que la police nationale puisse être entendue et comprise de tous. » 

 

Par Jean-Jacques RICHARD du Monde de la Sécurité 

Publié le 8 novembre 2021 à 17h30

Avant d’être la porte-parole de la police nationale, la commissaire divisionnaire @Sonia Fibleuil est avant tout une policière qui connaît parfaitement le terrain. « Le 3 janvier 2000, je suis entrée à l’école nationale supérieure des officiers de police (ENSOP). J’ai poursuivi ma formation pendant 18 mois. Puis en 2004, j’ai passé le concours de commissaire de police que j’ai réussi. Ma carrière m’a conduit à occuper différents postes : dans une brigade de sûreté urbaine qui est une unité spécialement dédiée aux enquêtes judiciaires, et dans un groupe interministériel de recherche (GIR) qui est un groupe pluridisciplinaire en charge d’agir contre la délinquance en utilisant de multiples leviers, qu’ils soient législatifs et réglementaires, pénaux, mais également fiscaux, douaniers ou bien encore administratifs. De 2014 à 2019, j’ai pris un poste à la sous-direction anti-terroriste (SDAT) dans une période où les actions terroristes ont redoublé d’intensité sur notre territoire. J’ai ensuite travaillé quelques mois à l’office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).

Plus tard, j’ai été recrutée par le directeur central de la police judiciaire pour restructurer son état-major et l’on m’a ensuite proposé de prendre le poste de porte-parole au sein de la direction générale de la police nationale (DGPN), poste que j’occupe maintenant depuis 6 mois. »

En débutant sa première année de droit, la future commissaire de police ne savait pas qu’elle allait embrasser cette carrière qui, depuis 21 ans, la passionne. « Je voulais vraiment découvrir l’univers du droit avec toute sa palette de métiers différents. C’est au fur et à mesure de mes années universitaires que je me suis pris de passion pour les métiers de la sécurité d’une manière générale. »

Sonia Fibleuil parle avec passion de l’institution police et le pendant de toute passion est un investissement sans limites. Après les attentats, « notre investissement au sein de la SDAT a été totalement hors-norme afin de contrecarrer des projets d’attentats qui étaient bien souvent machiavéliques. Notre seul objectif était de protéger tous nos concitoyens. »

La porte-parole de la police nationale a fait sienne depuis maintenant bien longtemps la devise de ce corps constitué : Pro patria vigilant ou Pour la patrie, ils veillent.

Sonia Fibleuil veille au quotidien à expliquer au plus grand nombre l’engagement des femmes et des hommes qui garnissent les rangs de l’institution police nationale. Et cet engagement dépasse le « simple fait » de protéger nos concitoyens, car ces policiers font face quotidiennement à des drames sociaux et sociétaux qui les marquent dans leur chair. « Je me souviens d’une jeune fille qui a bu de l’eau de javel suite à un viol qu’elle avait subi dans son entourage familial. Je me souviens également de ces parents qui m’ont adressé pendant très longtemps des courriers pour nous remercier d’avoir compris le décès de leur bébé. » Les policières et policiers de France et de Navarre ont tous dans un coin de leur esprit ce type de drame. « Notre travail consiste aussi à apporter de l’humanité au cœur d’évènements qui sont bien trop souvent dramatiques et c’est la force du collectif qui nous permet d’y faire face. »

« C’est la première fois qu’un poste de porte-parole est créé en étant décorrélé du Service d’Information et de Communication de la Police (SICoP). J’ai 12 adjoints spécialistes (PJ, PAF, CRS, protection, police scientifique et sécurité) dont le métier est également de prendre la parole. Nous sommes policiers et notre métier est d’expliquer nos organisations à tous nos concitoyens. Cela fait maintenant trop longtemps que des non-policiers parlent de nos activités et il a été jugé bon que des policiers puissent s’exprimer. » C’est avec un engagement manifeste que la porte-parole souhaite commenter et expliquer les missions des policiers. Pour ce faire, tous les supports sont utilisés : les réseaux sociaux où les « followers » se comptent en millions, qu’il s’agisse de Facebook, Twitter ou bien encore TikTok, mais également des interventions dans des facultés ou bien sur les plateaux TV.

« Ce qui compte, ce n’est pas moi, c’est que la police nationale puisse être entendue et comprise de tous. 73 % de nos concitoyens ont une image positive de la police et nous nous devons de faire mieux encore. Pour ce faire, nous devons être visibles dans tous les médias et audibles par le plus grand nombre possible. Plus que tout, nous souhaitons avoir une posture de proximité et nous mettons de facto de côté tous les discours formatés. Nous voulons instaurer de réelles relations de confiance avec toutes les parties prenantes avec lesquelles nous interagissons. »

La porte-parole est consciente qu’il reste beaucoup de travail à effectuer auprès de la tranche d’âge des 18/24 ans pour que les missions de la police nationale soient parfaitement comprises. « Nous savons que nous avons un réel enjeu de communication, mais aussi de pédagogie auprès de cette jeune population. Notre objectif n’a jamais été aussi clair, à savoir montrer à toute la population ce que l’on fait et comment on le fait, et ce avec le plus de clarté possible. La police nationale doit être vue sans filtre aucun et c’est uniquement de cette façon que nous réussirons à rendre plus fort nos liens avec la population, toutes tranches d’âges confondues. » 

Face à une violence qui est trop souvent désinhibée, les policiers ont une triple posture. Ils ont tout d’abord une posture de citoyen, de spectateur, comme tous ceux qui évoluent sur notre territoire. Ils ont aussi une posture de victime lorsqu’ils sont confrontés aux assauts de manifestants extrémistes ou de criminels, comme cela a été le cas récemment dans le quartier de La Duchère à Lyon où des policiers ont été pris sous le feu d’un ou plusieurs individus. Et enfin, ils ont des postures préventives, défensives et de protection, car leurs missions sont d’endiguer toutes les formes de violences, qu’elles soient de droit commun ou terroristes. « Nos missions quotidiennes sont de prévenir et de stopper toutes les formes de violence, et ce partout en France. »

Ne parlez surtout pas à Sonia Fibleuil de fracture entre une frange de la population et la police, au risque de la voir changer de ton. Il ne fait aucun doute que le simple fait de reconnaître cette possible fracture serait pour la commissaire un constat d’échec et il ne semble pas que le terme d’échec fasse partie du champ lexical de la femme, de la flic et de la porte-parole de la police nationale. « La pédagogie, la proximité et l’écoute sont extrêmement efficaces pour empêcher tous les risques de fracture. »

▶︎ Recevez tous les lundis un condensé de nos publications directement dans votre boite mail. C'est gratuit. 

JE M'ABONNE À L'HEBDO

 

Portraits similaires
L’avocat du diable – Le portrait de Jacques Vergès

L’avocat du diable – Le portrait de Jacques Vergès

Jeudi 12 Août 2021 | Catégorie : Portraits
Recevez nos newsletters
Recevez nos newsletters
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
SUIVEZ NOUS
  • Linkedin
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram
Archives

Vous souhaitez en apprendre plus sur les visages de la sécurité ? Vous êtes curieux de connaître le parcours de celles et ceux qui contribuent chaque jour à la sécurité de nos concitoyens ? Retrouvez des dizaines de portraits rédigés par le Monde de la Sécurité. 

La plateforme du Monde de la Sécurité, à travers ses portraits, met à l’honneur des acteurs du domaine de la sécurité. Ces portraits ont pour objectif de comprendre des chemins de vie ayant conduit certaines personnes à faire de la sécurité leur quotidien et de mettre en lumière des parcours atypiques et exceptionnels

Ces acteurs de la sécurité pourront ou non être connus du grand public. Ainsi, vous découvrirez le parcours de personnes aux ambitions diverses, aux métiers différents, mais qui ont pour point commun de vouloir coûte que coûte protéger autrui et contribuer à la sécurité de tous.

A travers ces portraits, vous comprendrez l’essence même de métiers parfois méconnus, en profitant de l’expérience et de la vision de la personne qui l’exerce avec passion. Vous serez alors plongés au cœur d’une histoire personnelle rencontrant des horizons professionnels passionnants et enrichissants.

Le Monde de la Sécurité a pour but de faire découvrir au plus grand nombre les métiers de la sécurité et de la sûreté au sens large. Pour ce faire, la plateforme rédige des portraits, mais s’appuie également sur des contenus divers et variés, tant sur le fond que sur la forme, que vous retrouverez au sein du Média du Monde de la Sécurité.

Professionnels : Offrez une vitrine à votre activité !

Profitez de nos pages vitrines haut de gamme pour présenter votre société dans notre Annuaire /vos matériels et solutions dans Équipement /vos événements dans notre Agenda.

Diffusez vos Offres d'emploi auprès de notre communauté ciblée.

Distinguez-vous & gagnez en notoriété en occupant des espaces publicitaires privilégiés.

Pour tous vos besoins de rayonnement et de communication, Le Monde de la Sécurité vous propose des solutions à vos mesures

Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, veuillez consulter notre Politique de gestion des données personnelles.
Suivez-nous